Tous les articles par siteordre

Guide de la pratique sportive pendant la maternité

Guide de la pratique sportive pendant la maternité

Le sport est aujourd’hui reconnu par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) comme un facteur déterminant de bonne santé. Faire du sport, c’est prendre soin de son corps, se soucier de son bien-être et de sa qualité de vie. La ministre chargée des Sports Roxana Maracineanu souhaite que l’activité physique et sportive s’intègre durablement dans le quotidien des Françaises et des Français, à tout âge de leur vie.

Or, si elles consacrent déjà en moyenne moins de temps que les hommes aux activités physiques et sportives (APS)* par manque de temps ou de confiance, la maternité, avant comme après l’accouchement, reste trop souvent la période de leur vie où les femmes diminuent, voire arrêtent toute pratique sportive.

Une APS modérée et régulière, pendant la grossesse notamment, permet pourtant de réduire de manière significative le risque d’accouchement prématuré ou encore le risque ultérieur de surpoids, voire d’obésité et présente de véritables bénéfices pour le fœtus.

« Même si l’idée n’est pas encore suffisamment ancrée dans notre société, la maternité ne signifie pas pour autant l’arrêt de toute activité physique et sportive, bien au contraire ! Que ce soit pour vous détendre, vous tonifier, contrôler votre prise de poids, adoucir les petits maux de la grossesse, vous pouvez et vous devez même continuer à bouger, si votre état de santé vous le permet bien sûr. N’oubliez pas que l’épanouissement du bébé passe aussi par celui de la maman ! » Roxana Maracineanu.

C’est pourquoi, la ministre chargée des Sports a souhaité publier un guide sur la pratique d’activités physiques et sportives pendant et après la maternité, avec le concours de professionnels de santé (médecins, gynécologues et sages-femmes), l’appui du Pôle Ressources National Sport Santé Bien-Etre et de la direction générale de la cohésion sociale.

Ce guide pratique destiné aux femmes et à leur entourage donne notamment des conseils sur les activités possibles aux différents stades de la grossesse et après l’accouchement, avec des exercices et mouvements simples et adaptés selon les sensations, les envies, les besoins de chacune.
En complément, les mamans y trouveront également différentes ressources et recommandations pour les orienter et les aider à s’épanouir dans la pratique de leur sport : initiatives des fédérations, carte des Maisons Sports Santé, etc.

Consultez le guide : https://sports.gouv.fr/IMG/pdf/guide-apsetmaternite.pdf
Egalement disponible sur : www.monenfant.fr

Quelques chiffres sur la pratique sportive des femmes* :

• En 2018 comme en 2020, 63% des femmes ont pratiqué au moins une activité sportive au cours de l’année

• Podium des activités pratiquées par les femmes (en 2018) :
1/ Course et marche : 38%
2/ Activités de la forme et de la gymnastique : 28%
3/ Sports aquatiques et nautiques : 21%

• 53% des femmes pratiquent de manière encadrée contre 44% des hommes
• 35% des femmes pratiquent en club contre 32% des hommes
• 16% des femmes participent à des tournois ou des compétitions contre 31% des hommes
• En revanche, 18% seulement des femmes ont une licence sportive contre 30% des hommes

• Motivations :
28% des femmes pratiquent pour des raisons de santé contre 25% des hommes
19% des femmes pratiquent pour leur apparence physique contre 11% des hommes

• Podium des licences sportives féminines (en 2018) :
1/ Equitation
2/ Tennis
3/ Gymnastique

La part des licences délivrées aux femmes s’élevait à 38% en 2018

*Source INJEP

Baromètre national de la pratique sportive 2020 :
https://www.sports.gouv.fr/accueil-du-site/actualites/article/edition-2020-du-barometre-national-des-pratiques-sportives

Les chiffres clés du sport 2020 :
https://injep.fr/publication/les-chiffres-cles-du-sport-2020/

MIN_ChargeSports_DELCOMJS_SignatureMail

Conseil d’Orientation de la Stratégie Vaccinale Note du 29 mars 2021 : Elargissement des priorités d’accès à la vaccination anti-Covid-19


A la fin du mois de mars 2021, près de 8 millions de Français ont reçu une première dose de vaccin contre la Covid-19, et près de 3 millions ont reçu deux doses. La stratégie de priorisation mise en place depuis le début de la campagne de vaccination a d’abord ciblé les personnes les plus vulnérables (personnes âgées et personnes atteintes de comorbidités) ainsi que les professionnels de santé. La vaccination des personnes vulnérables et des professionnels de santé n’est pas terminée et doit se poursuivre. Néanmoins, les prévisions d’approvisionnement en doses de vaccin pour les prochains mois permettent d’envisager l’élargissement des priorités d’accès à la vaccination anti-Covid-19 dès le mois d’avril, et conduisent à l’établissement d’un calendrier d’injections de premières et secondes doses d’ici à l’été 2021.
Recommandations d’élargissement
Pour cette prochaine étape de la campagne vaccinale en France, le conseil d’orientation de la stratégie vaccinale recommande l’accès prioritaire à la vaccination anti Covid-19 pour les personnes suivantes :
 Les femmes enceintes. Plusieurs publications scientifiques ont récemment mis en évidence le sur-risque représenté par la grossesse pour les formes sévères de Covid-191. Dans la lignée des recommandations du Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français, le conseil recommande la vaccination des femmes enceintes – avec ou sans comorbidités – contre la Covid-19, et ce à partir du deuxième trimestre de grossesse. Effectif estimé : 150 000 personnes pour le trimestre à venir.
Annexe 1 – Justification de l’accès à la vaccination anti-Covid-19 pour les femmes enceintes
Vaccin anti SARS-CoV-2 et Grossesse
O.Picone et C. Huissoud
La grossesse est un facteur de risque de gravité de l’infection à SARS-CoV-2 avec risque de prématurité induite (1,2). Les femmes enceintes sont reconnues comme groupe à risque de formes graves par le HCSP et la HAS, d’autant plus qu’il existe une comorbidité (1). Par rapport à une femme non enceinte infectée par le SARS-CoV-2, une patiente enceinte a 2,13 fois plus de risque d’admission en soins intensifs, et 2,59 fois plus de risque d’avoir besoin d’une ventilation mécanique (2). Par rapport à une femme enceinte non infectée, il y a un risque multiplié par 18 d’admission en soins intensifs, par 2.8 de perte foetale, par 5 d’admission du nouveau-né en soins intensifs (2). Ces chiffres sont très augmentés en cas de comorbidité avec, par exemple, une mortalité maternelle augmente par 15 en
1 Cf annexe 1 : justification de l’accès à la vaccination pour les femmes enceintes
cas de diabète préexistant ou un risque de recours à une ventilation mécanique augmenté par 64 en cas d’HTA chronique (2). Il existe de plus en plus d’arguments en faveur d’un risque augmenté de mort in utero (2) et une augmentation des complications hypertensives de la grossesse (15). Les atteintes placentaires sont fréquentes en relation le risque de retard de croissance in utero.
Bien qu’aucune étude sur l’efficacité et le profil de sécurité de la vaccination n’ait eu lieu pendant la grossesse, il n’existe pas de raison a priori d’exclure les femmes enceintes des campagnes de vaccination.
Les vaccins proposés ne sont pas des vaccins vivants. Des études chez l’animal n’ont pas montré d’effet tératogène, ni aucun effet sur la reproduction. L’ARNm du vaccin est rapidement dégradé par les cellules humorales et sans rentrer dans le noyau. L’autorisation de mise sur le marché des vaccins à ARNm ne comporte pas de contre-indication : leur utilisation est possible « si les bénéfices potentiels l’emportent sur les risques potentiels pour la mère et le foetus ». Ces vaccins sont surs et efficaces (3,4,14) et recommandés par de nombreuses sociétés savantes internationales (4). Deux éditoriaux récents publiés par deux sociétés savantes américaines (12,13) font un plaidoyer en faveur de la vaccination des femmes enceintes contre le SARS-CoV-2. La US Federal Drug and Food Administration a autorisé la vaccination des femmes enceintes.
Le 2 mars 2021, la HAS (5,6) a stipulé que l’administration des vaccins contre la Covid-19 chez la femme enceinte n’est pas contre-indiquée. Cette vaccination doit être envisagée si les bénéfices potentiels l’emportent sur les risques pour la mère et le foetus. En particulier, les femmes enceintes de plus de 35 ans ou celles présentant d’autres comorbidités comme l’obésité ou le diabète ou les femmes enceintes susceptibles d’être en contact avec des personnes infectées du fait de leur activité professionnelle pourraient se voir proposer la vaccination. ». Pour l’ANSM (7) et le CRAT (8), les vaccins à ARNm (Comirnaty® ou Moderna®) doivent être privilégiés. L’allaitement n’est absolument pas un obstacle à la vaccination. La réponse immunitaire des femmes enceintes suite à une vaccination avec les vaccins à ARNm est identique à celles des femmes non enceintes (16). Des anticorps post vaccinaux ont été retrouvés dans le sang du cordon ombilical et dans le lait, pouvant laisser suggérer un effet protecteur du nourrisson, comme pour la grippe ou la coqueluche (9).
Références

  1. Huntley et al., Rates of Maternal and Perinatal Mortality and Vertical Transmission in Pregnancies Complicated by Severe Acute Respiratory Syndrome Coronavirus 2 (SARS-Co-V-2) Infection: A Systematic Review. Obstet Gynecol. 2020;136:303-312.
  2. Yap et al., PregCOV-19 Consortium. Clinical manifestations, prevalence, risk factors, outcomes, transmission, diagnosis and treatment of COVID-19 in pregnancy and postpartum: a living systematic review protocol. BMJ Open. 2020
  3. Male V. Are COVID-19 vaccines safe in pregnancy? Nat Rev Immunol. 2021
  4. Rasmussen SA, Jamieson DJ. Pregnancy, Postpartum Care, and COVID-19 Vaccination in 2021. JAMA. 2021 Mar 16;325
  5. https://www.has-sante.fr/jcms/p_3240117/fr/strategie-de-vaccination-contre-le-sars-cov-2-actualisation-des-facteurs-de-risque-de-formes-graves-de-la-covid-19-et-des-recommandations-sur-la-strategie-de-priorisation-des-populations-a-vacciner
  6. https://www.has-sante.fr/jcms/p_3242795/en/strategie-de-vaccination-contre-la-covid-19-place-du-vaccin-covid-19-janssen
  7. https://www.ansm.sante.fr/Dossiers/COVID-19-Vaccins/Vaccins-autorises/(offset)/3
  8. https://lecrat.fr/spip.php?page=article&id_article=1123
  9. Gill L, Jones CW. Obstet Gynecol. 2021 Mar 8. Severe Acute Respiratory Syndrome Coronavirus 2 (SARS-CoV-2) Antibodies in Neonatal Cord Blood After Vaccination in Pregnancy.

Communication sur le dépistage du déficit en MCAD

Le Dépistage MCAD AU QUOTIDIEN
1 tâche de sang déposée sur papier buvard (test de Guthrie) à 3 jours de vie :
pas de changement des pratiques de prélèvement
même nombre de taches sur un seul buvard

Analyse des acyl-carnitines (Dosage de l’Octanoyl-carnitine (C8)) par MS/MS
Délai recommandé pour le rendu des résultats par le laboratoire :
J8 – J10
Urgence d’acheminement au quotidien des buvards +++

Prise en charge par le médecin référent du site:


Contacté par le CRDN dès réception du résultat par le laboratoire
Urgence diagnostique et thérapeutique +++

La Fiche d’information de l’HAS à destination des professionnels de santé :

ANNULATION : LE 01 OCTOBRE 2020 Journée des Conseils de l’Ordre des Sages-Femmes du Nord et du Pas-de-Calais Sages-Femmes : Actualités et Pratiques.

Dans le cadre de l’évolution de l’épidémie de la COVID-19, la journée de formation des sages-femmes du Nord et du Pas-de-Calais reportée au Jeudi 1er octobre 2020est annulée pour des raisons sanitaires et organisationnelles.

Nous vous remercions pour votre compréhension et serons heureux de vous retrouver l’an prochain pour une nouvelle journée. Nous restons à votre écoute et disposition.

Bien cordialement,


Christine LE MASSON.
Présidente du CDOSF Nord 06 10 11 35 74
Anais HUGUET-BOUILLET Vice-Présidente du CDOSF Nord 06 50 71 17 78